J 116 Y’a pas si longtemps…

Y’a pas si longtemps, j’étais enceinte. Baignée dans le flot de la drogue dure des hormones de grossesse.

Y’a pas si longtemps, je commentais les articles de Lucienne. Lui disant d’être bienveillante avec elle même. A lui dire des lieux communs comme « tout passe », « sois douce avec toi même »… bref… des choses qui se voulaient gentilles pour remonter le moral…

Aujourd’hui tu es là, tu pleures et je ne sais pas toujours ce que tu as… et ton grand frère de s’y mettre car y’a pas de raisons, quand toi tu pleures j’accoure tout de suite… et lui du haut de ses 2 ans et demi, je lui demande d’être raisonnable, de patienter, de faire moins de bruits pour que tu sois plus sereine… c’est pas juste et il a raison… et j’ai envie de pleurer de vous voir pleurer tous les 2…

Aujourd’hui encore, je me lève avec la boule au ventre, la diarrhée et une chape de plomb terrible sur la poitrine…

Je me demande est ce juste le stress de cette nouvelle vie à 4, l’extrême fatigue ou une dépression post partum qui commence… je ne sais pas quoi faire… je suis perdue et je me sens terriblement mal…

Je n’ai aucune mauvaise pensée. Je n’ai aucun regret. Je n’arrive juste pas à gérer ces bouffées d’angoisses qui montent en moi…

J 115 Bon anniversaire

Voilà… 42 ans ont sonné… la date de péremption est proche !

La ponction d’ovocytes ayant eu lieu le 24 avril, je reçois à ma date anniversaire (le 25) le fameux courrier « que voulez vous faire de vos embryons restants ».

Je sors à peine de mon énième crise d’angoisse malgré tout, c’est le coeur serré et les yeux pleins de larmes que je coche la case de notre choix de donner nos embryons à la science. Il n’y aura pas de 3 ème Poochoochoute, en tous cas pas par transfert ! Il faut attendre 1 an post césarienne quoiqu’il arrive… et là je n’ai clairement pas la foi pour agrandir la famille ! Vous ne me verrez jamais dans « famille xxl » !!

Envisager en don le fruit de nos 2 gamètes m’est très difficile à concevoir et je suis admirative des donneuses et donneurs de gamètes pour celles et ceux qui en ont besoin.

La PMA c’est bel et bien fini.

J 114 2 mois de post partum

Pour rebondir avec certains commentaires échangés sur le blog de Lucienne, voici un petit aperçu de notre quotidien à 4.

Il me semble important de partager ce vécu qui n’est QUE mon vécu car peut être qu’avec différents facteurs ( gestion du stress, fatiguabilité etc…), là où moi je me fais une montagne de certaines choses, ça peut paraître soft par rapport à d’autres expériences ! N’empêche… voici mon histoire durant ces 2 derniers mois.

2 ans et demi d’écart c’est bien mais peu. Trop petit pour se débrouiller seul mais assez grand pour vouloir faire des choses tout seul qui prennent 3 plombes… Il ne mange pas seul… est loiiiiin d’être propre… et en pleine phase d’opposition (le fameux terrible two ! ). Par contre, nos petits grandiront ensemble et je leur souhaite une belle connivence !

Nous voilà rentrés de la maternité. Mon grand me saute dessus et veut monter dans le taxi pour voir sa petite soeur. Tout me paraît grand et démesuré chez lui ! Sa tête, ses mains ! Et son poids… lui qui ne pèse rien, avec la césarienne je n’ai pas le droit de porter, il me paraît peser 3 tonnes !

Ma belle mère est là en renfort. Elle reste le temps qu’on veut. Son aide sera précieuse. Tous les soirs, la petite hurle… de 18h à 22h… mise au sein impossible… elle dort sur moi la nuit mais comme elle est calme ce n’est pas un problème. Le grand ne pose pas de problèmes pour se coucher malgré les hurlements de la petite… ouf… alors on se relaye avec la petite dans les bras pour pouvoir s’occuper du grand… la douche, les repas et l’élaboration des menus (ma hantise…), le coucher.

2 semaines plus tard, la crèche appelle. Poochoo a 40 de fièvre… ça durera 4 jours… médecin en urgence (un vieux qui ne m’inspire pas confiance), pas de traitement mis en place. 3 jours plus tard on finit aux urgences après s’être cogné le nez à la porte de la maison médicale indiquée par le 15… pour rappel, je sors d’une césarienne, j’allaite la petite, et mon mari ne se sent pas d’être seul pour Poochoo (que je n’ai pas envie de délaisser non plus)… tout ça en transports… il a une cerise à la place de l’amygdale, j’ai peur d’un spasme laryngé… mais le test montrera qu’une angine virale.

Mon mari est en télé travail, Poochoo hurle (sur fond de hurlements de la petite), ne veut pas changer sa couche, ne veut pas mettre le tee shirt bleu, ni le jaune, le rouge oui mais une fois mis non ce n’était pas celui là qu’il voulait… ma belle mère gère mais c’est fatiguant (elle a 81 ans !) et stressant en appartement quand mon mari est en confcall ! Le retour à la crèche est bienvenu pour tout le monde…

3 semaines plus tard mon mari est malade. Puis 3 jours plus tard, c’est moi et Poochoo de nouveau, reconsultation d’un médecin… otite pour lui. Je me teste… je suis positive au covid… mon mari aussi (après 2 autotests neg)… je suis crevée, j’ai mal partout… ma mère vient sur ces entre faits. Elle restera 3 semaines mais l’efficacité est moindre qu’avec ma belle mère… nous nous isolons 7 jours avec mon mari en télé travail…et Poochoo évidemment. Je deviens folle… ma mère part bientôt et c’est le début des crises d’angoisse…

La petite pleure toujours ++++ j’obtiens un rdv en urgences chez un gastro enterologue car la pédiatre ne veut rien mettre en place. C’est un reflux… je suis mise au régime sans PLV… je suis crevée et ne sais plus quoi manger …

Je me lève le matin avec une chape de plomb sur la poitrine… je tachycarde… j’ai des diarrhées… je ne vais pas bien du tout… retour de couches probable au moment du covid pour couronner le tout… je suis au bout du rouleau… mais finalement les journées ne se passent pas si mal mais je n’arrive pas à relativiser… Tout me pèse et me semble insurmontable…

La petite va mieux avec son traitement. Je vais un peu mieux également (Mon état est étroitement lié au bien être de la petite). J’ai rdv au CMP pour essayer de calmer mes angoisses… je repars confiante. J’ouvre mon téléphone, la crèche ferme 2 jours pour cause de covid… j’ai des rdv à gérer (pédiatre pour la petite et kiné pour moi)… comment je fais pour m’occuper des 2 ? J’ai le dos en vrac… la petite pleure moins mais quand même et Poochoo… c’est quitte ou double…

Pour couronner le tout et parce que rien ne se passe jamais comme on veut, j’oublie qu’il y a une coupure d’eau… c’est ce jour là que la petite choisit pour faire une big cacastrophe ! Il y en a partout… et mon Poochoo qui ne veut jamais m’aider à jeter les couches à la poubelle, choisit ce jour pour toucher le pyjama plein de caca…

Je craque, je lance un SOS appel à ma tante pour s’occuper de Poochoo. Elle panique quand je lui montre le matériel pour changer les couches… je fais mes exercices de respiration mais je suis à 2 doigts de me mettre assise par terre et de vriller… au bord de l’épuisement… tout se passe bien finalement. Je souffle… contente d’avoir appelé au secours…

En tout et pour tout, 1 seule semaine depuis l’arrivée des 2 s’est écoulée sans rdv, sans bobo, sans gros pleurs. Ça fait du bien et même l’idée d’un 3 ème surgit ! Hahahaha c’te blague… non il n’en est pas question !

Le we d’après est une véritable catastrophe… la petite ne tète plus… elle a mal au ventre… elle refuse les biberons et je replonge dans un abîme sans fond… Poochoo est odieux… comprenez juste : il a besoin d’attention que je n’arrive pas à lui donner à cause de la petite qui va mal… il se met à vomir son repas (chose qu’il faisait déjà avant car petit mangeur). On est submergé par le linge plein de pipi du matin et du vomit le soir… et la phrase taboue qui tue quand t’es en PMA surgit : « putain… ma1is faite des gosses quoi… » Après la énième crise à cause de la draisienne qu’il voulait prendre et pas la trottinette… rhhaaaaaa !!!

Et puis finalement, quand ma petite va bien et qu’elle me fait de grands sourires et que le plus grand que je viens chercher à la crèche repousse ses copains de moi en disant « non c’est ma maman » alors mon coeur se regonfle de courage entre 2 crises d’angoisses. On n’est pas des parents parfaits. La santé des petits me tracasse… mais enfin ils sont là, on les a voulu et tant attendu. Tout passe paraît il. Mais ne nous le cachons pas, la parentalité n’est pas toujours chose aisée !!

J 113 La saga se termine, une autre histoire s’écrit.

Quelques alertes les 2 derniers vendredis précédents (tient c’est marrant c’est en l’écrivant que je réalise qu’elle est née un vendredi !). 2 spasfon plus tard c’était fini. Le corps se prépare, je sens que l’arrivée est imminente !

Arrivés aux urgences à 22h30. Le service est calme, je suis prise en charge immédiatement. Le col est ramolli mais pas vraiment effacé. Alors nous partons marcher pour 2h de balade Paris by night ! Ça contracte à mort et ça devient vraiment douloureux.

Puis ce dernier mardi, je passe vraiment une mauvaise soirée… ça contracte de plus en plus… toutes les 7 minutes. J’attends les 5 minutes pendant 2h protocolaires avant de partir, mais non ça reste toutes les 7 min puis plus rien. Dans la nuit rebelote. Mais toutes les 5 min mais au bout d’une heure plus rien… puis rebelote à 12h ! Bon… ce coup ci je me dis que clairement je suis sur le point d’accoucher. Non non non… en soirée à 19h hop toutes les 5 min à nouveau et ça dure plus de 2h et de manière bien plus intense. Le go est lancé, la valise est prête, moi aussi. Mais c’est le coeur lourd que je laisse mon Poochoo à ma tante au beau milieu de sa nuit. Nous avions pu le préparer à cette éventualité. Ouf ! Ce n’est qu’un au revoir ! Mais bien plus long que ce que j’avais imaginé…

Retour aux urgences. Le travail n’a pas avancé d’un doigt… ils me gardent car le monito montre des contractions effectives toutes les 5 min. La nuit passe. Consciencieusement je souffle, me dis qu’une contraction de passée est une contraction de moins à ressentir… j’étais bien loin du compte… jeudi passe… égale à ma journée de mercredi… pas de réel travail pour le moment. La nuit de vendredi est horrible et le travail ne démarre toujours pas… le staff se réuni. Pas le choix ça sera la césarienne… mes rêves d’accouchement par voie basse s’envolent mais je souffre trop et il n’y a aucune autre alternative… ayant un utérus cicatriciel, le déclenchement est impossible…

Tout va très vite à midi, je ne peux plus contenir la douleur… je hurle… tout le monde est bienveillant heureusement… L’installation est rapide. On me dit que je pourrai faire du peau à peau avec la petite dès sa sortie de mon ventre. On me la prend 5 min le temps de l’aspirer un peu. Ça me paraît une éternité mais elle revient vite dans les bras d’une soignante qui essaie même une tétée d’accueil presque réussie ! La rencontre aura été bien plus simple que pour Poochoo que j’aime à la folie. N’empêche que l’évidence de la rencontre avec cette jolie poupée me semble bien plus intense.

4h séparées par la salle de réveil. Mais je suis tellement dans le gaz que je ne capte pas trop. Je sais ma petite en pleine forme et en sécurité avec son papa. Et surtout je récupère de ces 3 horribles jours/nuits où je n’ai quasi pas dormi…

Retour en chambre et j’ai maintenant tout à loisir d’admirer ma poupée qui dort paisiblement dans son berceau.

Elle est magnifique. J’ai un sentiment de plénitude incroyable. La PMA est définitivement derrière moi. Le happy end s’est écrit le 18 février 2022 à 12h55.

Elle est plus petite que son frère mais pèse 300 gr de plus ! Nous sortons aujourd’hui. J’ai hâte que son grand frère la rencontre. Il a déjà tant de bienveillance envers elle. Vive internet et les visios !

Ce parcours a été un véritable parcours du combattant. Je suis heureuse d’avoir réussi à tenir le coup. Ça en valait vraiment la peine.

Je pense à celles qui ont encore les bras vides et à celles dont le désir d’un petit 2 ème ne voit pas le jour. Quand le désir d’un autre enfant est là, les gens ont beau te dire « Hey ça va t’en a déjà un en bonne santé » eh bien quand ça ne vient pas, le deuil de cet enfant est terriblement difficile à faire.

Je pense à chacune de vous qui avez traversé ma vie même virtuelle, je suis heureuse d’avoir trouvé, la plupart du temps, du soutien et de la bienveillance. Vous m’avez aidé à tenir le coup dans les moments de doutes et les moments les plus difficiles.

Je sais que dame nature la pute peut être une sacrée pute mais elle réserve aussi de belles surprises. Le meilleur reste à venir et dans n’importe quel domaine je vous le souhaite.

J 112 la dernière ligne droite !

On y est ! 1 mois pile avant la DPA qui est le 2 mars et non fin février comme initialement annoncé. Petite erreur de calcul de la part des gynéco. Mais bon on sait bien qu’on n’est pas à quelques jours près !

J’attendais la T3 avec impatience et la grande envie de voir le joli minois de notre petite ! Mais mademoiselle en avait décidé autrement. Un bras et une jambe devant le visage nous en empêchera ! On m’annonce un gros bébé à venir, j’en fais des cauchemars toute la nuit et comme de par hasard, Instagram me propose des photos de bébé avec 7 bourrelets aux jambes dès la naissance !

Une copine m’annonce ce we la naissance de son petit garçon 4 kg 440 et 54 cm ! Poochoo attendra ses 2 mois pour la taille et 3 mois pour le poids pour atteindre ces mensurations ! Quoiqu’il en soit, un bébé en bonne santé sera très bien !

La fin de suivie aura été telle qu’elle a commencé… la sage femme lors de ma reprise de consultation ralait car elle ne comprenait pas pourquoi son collègue médecin lui « refourguait » ses patientes. Et me dit :  » Je n’ai pas de temps à vous consacrer aujourd’hui alors j’espère que vous n’avez pas de question ! » Pas d’examen gynéco. Mais je venais de faire mon écho donc pas vraiment d’inquiétude. Le temps passé à râler aurait pu servir à mes questions mais je n’en avais pas.

Puis pour la dernière consultation, une petite stagiaire est là. Je me dis SUPER ! Elle va s’adoucir ! Que nenni… la pauvre stagiaire se fait engueuler car elle voulait mettre des gants pour me faire le prélèvement à la recherche du steptoccoque « ha ba je te souhaite de travailler que dans des hôpitaux riches ! » puis pour la pudeur, elle me met un carré sur le pubis le temps de me prendre la tension. De nouveau, elle s’en prend plein la tête… je me suis alors permise d’intervenir. La sage femme est cash, je décide de l’être également. Je remercie l’étudiante pour la considération qu’elle me donne et rappelle l’épisode de la prise de tension et du toucher vaginal en parallèle. Et puis en tant que tuteur de stage, au pire si tu as quelque chose à dire, tu le fais une fois que le patient n’est plus là…

La sage femme avait prévu un entretien un peu plus long cette fois. Ben ouais c’est le dernier quand même… elle s’aperçoit alors du peu d’infos qu’il y a dans mon dossier et peste contre le médecin, estimant qu’il manque quand même quelques infos essentielles concernant ma santé… je lui dis alors que ce dossier n’est juste que le reflet du suivi que j’aurai eu tout au long de ma grossesse. Elle essaie de dire : « bon vous n’avez pas de problèmes psychologiques, enfin en même temps c’est trop tard pour vous proposer un suivi !  » alors ben si justement. Je lui dis que j’ai un suivi en ville. Elle se radoucit un peu et me demande le pourquoi. Elle finira par se calmer complètement… il était temps… mais bon bref ! Je vais bien et ça me passe au dessus… je pense juste aux femmes qui pourraient être véritablement en difficultés et qui pourraient être traitées de la sorte…

Une pelviemétrie réalisée du fait des antécédents de césarienne montrera qu’on est « laaaaarge » au niveau du bassin, dixit la sage femme « et que même si bébé se présente en siège, pas besoin de césarienne ». J’espère qu’elle ne fanfaronne pas trop. Bref… on verra le jour J !

Voilà pour les dernières news. Tout va bien. Pas mal de fatigue tout de même mais la possibilité de beaucoup de repos ! Alors je termine ma couvade tranquilou et on attend la suite !

J 111 3 ème trimestre et petits déboires…

Et me voilà au 3 ème trimestre. Quelle grande victoire ! J’attends avec impatience la T3 maintenant dans moins d’un mois !

Après mes épisodes de migraines ophtalmiques, le médecin voulait me donner 1 mois d’arrêt, je n’en espérais pas tant vu le peu d’empathie lors de ma venue aux urgences… J’ai demandé 2 semaines, ne me sentant pas prête à arrêter le travail aussi vite.

A la veille de la reprise, perte d’appétit totale et fatigue ++ … C’est bien ma veine… Je sens le truc venir… j’ai chopé la gastro… malade comme un chien le lendemain… j’appelle ma cadre la queue entre les jambes car je fanfaronnais de pouvoir reprendre le boulot sans problème après ces 2 semaines de repos… Elle, de son côté, ne souhaitait pas me revoir reprendre le travail, d’une part par sympathie (« tu n’auras sûrement pas d’autres grossesses alors profites en ») mais aussi par soucis d’effectif dans le service (ayant plus de poids auprès de la DRH pour obtenir un poste supplémentaire et espérer me remplacer car la situation est catastrophique actuellement dans le service). Encore faut-il pouvoir l’obtenir cet arrêt ! SPOILER : je ne reprendrai pas le travail avant l’accouchement !

Je vais voir mon médecin traitant qui aura la gentillesse de me prolonger…. d’une semaine seulement malgré ses « oui on va pas se le cacher, vous n’êtes pas toute jeune et avec un enfant en bas âge tout le temps malade c’est compliqué »…. ok, ça ne va pas couvrir jusqu’à l’arrêt pathologique ! Heureusement je vois le gynéco une semaine après.

Le RDV ne se passe pas super bien à mon goût. Comme à son habitude, le gynéco est expéditif et n’écoute pas vraiment ce que je lui dis… Il me prend la tension et examine le col en même temps… Je le ressens presque comme de la maltraitance… On parle de violence obstétricale, je pense qu’on n’en est vraiment pas loin là… « votre tension est élevée, on va la reprendre ». J’ai 14 de tension, ce qui ne m’arrive jamais, recontrôlée à 13.5 (pas tellement mieux)… « ouais enfin, je vous examine en même temps alors bon… » et on s’arrête là de la surveillance tensionnelle… ok…

Je lui dis que je suis crevée… que la gastro m’a mise ko… peu lui chaut… « ben ça va aller mieux maintenant !? » Je lui dis que ma cadre ne souhaite pas me revoir au boulot et que j’avoue, j’ai bien pris goût à ne plus me lever à 6h du matin et à faire une sieste de 1h minimum par jour. Alors pas de problème, il m’arrête. J’obtiens ce que je veux, c’est sûr, je vais paraitre difficile, mais j’aurai souhaité un peu plus de considération, qu’il admette que oui, j’ai des raisons d’être fatiguée (après les migraines, j’ai enchainé avec une bronchite… et la gastro une semaine après) et qu’il me donnait sa bénédiction pour me reposer ! Poochoo a enchaîné un épisode de bronchiolite + otite et gastroentérite avec un 2 ème épisode d’otite et de conjonctivite… alors les dernières semaines ont été quelques peu compliquées à gérer…

Le mois précédent, je lui demande s’ils font un contrôle de fer car je me sens vraiment fatiguée. Il me dit : « non, on ne contrôle pas, on met de manière systématique du fer au 3ème trimestre ». Ok soit.
De nouveau je réitère ma demande lors de mon dernier RDV, vu qu’il ne me donne aucune ordonnance pour le fer. Même réponse « on ne donne pas avant le 3 ème trimestre (mais JE suis en plein dedans !! et je n’ai pas la répartie de lui dire… il est censé connaitre son boulot tout de même) ».
Je quitte son bureau en pleurs et avec le plus grand dédain, il me demande pourquoi je pleurs… Ben je suis crevée en fait… au bout du rouleau… et vu le peu de considération, ben ça n’arrange pas les choses…

J’en parle avec l’infirmière qui me pique pour la toxo, lui demandant son avis sur cet incompétent médecin. Il aura finalement demandé une numération mais sans m’en parler. Elle me dit que effectivement, cela dépendra des résultats de l’hémoglobine, mais ça il ne m’en parle pas. J’ai beaucoup d’émotion et je pleure encore… il revient à peine 10 minutes après (il aura eu le temps de voir une patiente entre temps… quelle rapidité !), il me voit pleurer et me lancera un regard qui veut dire « hey ho c’est bon ça va aller hein » . Le soir, je reçois mes résultats, je suis anémiée et bien comme il faut… mais je n’ai rien sous la main pour prendre ce qu’il faut. Tu m’étonnes que je sois fatiguée…

Je suis infirmière, je sais interpréter les résultats. Comment fait le commun des mortels avec ce genre de prise en charge ? C’est triste, lamentable et inconcevable…
Heureusement (et cette fois c’est vrai), je vois la sage femme pour la préparation à l’accouchement demain. Elle aura sans doute la gentillesse de me faire l’ordonnance car je suis bien persuadée que je ne recevrai rien de la part du gynéco d’ici là et même s’il est très réactif sur ses retours de mails, je considère que ce n’est pas à moi de l’alerter. Le risque d’anémie augmente le risque d’accouchement prématuré… Lors de ma prochaine visite, ça sera une sage femme que je verrai. Et pour le dernier RDV, je ferai en sorte de changer de médecin… pas envie de le revoir celui là.

Maintenant on va prendre le bon côté des choses, je vais me reposer +++, je vais oublier ces gros boulets (que ce soit au boulot, à l’hôpital et je ne sais où), je vais essayer de passer entre les mailles des autres virus… je vais prendre soins de moi et de petite Poochoote !

Prenez soins de vous

J 110 Comme à la maison…

En direct des urgences et parce que j’ai le temps (5 personnes devant moi)… un petit coucou vite fait et un constat troublant.

Cela fait 1 semaine que j’ai des auras ophtalmiques (sorte de halo lumineux qui trouble la vision, prémices de migraines ou pas forcément). J’ai déjà fait ce genre d’épisodes mais jamais 3 jours d’affilés et je fais un 4ème épisode ce jour. Donc sur conseil du médecin de mon service, me voici aux urgences de l’hôpital où je suis suivie… rien de grave si ce n’est un bon gros coup de fatigue qui me plombe un peu.

Mon constat troublant est qu’à chaque fois que je mets les pieds ici, je me dis que vraiment j’y ai passé vraiment beaucoup trop de temps… je pourrai faite office de dame d’accueil… En consultation, une patiente passe, repasse, cherche où elle doit aller avec son petit papier d’appel à la main. Elle repasse une 3 ème fois alors je prends pitié, je lui dis où elle doit se rendre. Aux urgences, une autre ne sait pas où se diriger pour les toilettes (C’est pourtant écris en gros sur la porte…). Je m’oriente maintenant sans même regarder les panneaux… ni même sur les ascenseurs… je regarde les gens qui cherchent leur chemin… et je patiente…

Bref… je suis vraiment trop souvent venue ici… Je suis comme à la maison. J’ai presque envie d’aller dire bonjour à Tatie non je déconne !

J 109 T2 ou la moitié du chemin

Ça y est nous y sommes. Je suis exactement à la moitié de cette grossesse.

Tout comme « une Pma aux Pays Bas » si vous la suivez, bébé ne fait pas beaucoup parler de lui (j’apprendrai ensuite que mon placenta est également antérieur)… entre inquiétude et l’absence de tous signes mauvais, nous nous rendons à l’écho T2 avec une pointe d’excitation.

A l’hôpital où j’ai décidé de faire le suivi échographique, ce sont des sages femmes qui réalisent l’examen. Une étudiante sage femme m’accueille et me demande si elle peut « regarder » avant que la senior n’arrive. Pas de soucis pour moi, je suis pressée de voir le petit être bouger à l’intérieur ! Elle commence par la position du placenta et à part me dire qu’il est antérieur, rien. Elle me dit, « Bon je ne suis pas bien douée pour le moment » heu… ouais mais… Bébé semble dormir et je lui dis, « heu… vous commencez toujours par le positionnement du placenta ? Parce qu’en fait j’aurai bien aimé savoir quand même si le coeur bat ! » « Ha heu oui ! Pardon madame, il fallait le dire si vous aviez des inquiétudes ! Ça j’aurai pu vous le dire ! »

Ha ouf… c’est rassurant… Bref tout va bien et je suis contente de pouvoir prendre du rab de voir bébé dans mon ventre !

La sage femme en chef arrive, bébé va bien mais il a une position très compliquée pour l’examen. Elle aura du mal à faire la visualisation du coeur. Il faudra alors que je me tourne à gauche, puis à droite, puis sur le dos, cela me rappelle l’accouchement de Poochoo où pour soulager son coeur il aura fallut que je me retrouve dans les positions les plus improbables (et notamment cul en l’air !). Nous ne verrons pas son petit minois car bébé a décidé de compter mes vertèbres !! Mais l’instant est magique et je me délecte de l’instant présent.

Elle nous demande si nous voulons connaître le sexe ! Ouiiiii nous le voulons et pour Poochoo, je trouve ça bien qu’il puisse se projeter en même temps que nous. De plus depuis le début il dit « qu’il veut une petite soeur » alors si c’est un garçon, j’aime autant qu’il n’y ait pas de suspense pour lui !

Comme pour la première grossesse, même si j’ai changé de service, j’ai un appareil à écho à disposition si le stress était insurmontable.

Ça été le cas… je me suis tellement mise en tête que je sentirai rapidement bébé bouger (« le 2 ème on le sent toujours plus tôt que le 1 er » foutaises avec le placenta antérieur) que lorsque je suis tombée de ma hauteur en me faisant une belle entorse, il a fallu que j’aille m’assurer que tout était ok. La première image était ce qui ressemblait à une petite bistouquette et des coucougnettes ! Même impression pour ma collègue qui « m’assistait » !

Fin du suspense pour vous lecteurs, il va falloir que je fasse une formation en échographie car il s’agit d’une fille !!

Je n’avais pas de préférence mais au fond de moi j’avais cette petite envie même si j’espère qu’elle ne souffrira pas d’endométriose et qu’elle ne pourra pas faire pipi debout ! Je mets la charrue avant les bœufs 😋

Ma belle famille sera ravie car sur les 8 petits enfants présents il n’y a que 2 filles. Bref ! Tout le monde est ravi nous aussi. Encore quelques étapes à franchir mais nous sommes heureux.

Nous sommes chanceux…

Pensées à toutes ❤❤❤

J 108 T1 libérée délivrée

Ne me remerciez pas de vous mettre la chanson de la reine des neiges dans la tête ! Mais vraiment c’est ce que je ressens.

Les nouvelles sont bonnes concernant cette T1.

A la veille de notre départ en vacances (enfin !!) avoir ses bonnes nouvelles nous a bien soulagé d’un poids qui grossissait depuis quelques jours ! La journée avait commencé avec Mylène Farmer qui chantait à la radio « c’est une belle journée » ! Elle commençait sous les meilleurs hospices.

Commentaire de l’échographie, « Condition de réalisation : médiocre » alors… la sonde endochattale je m’y attendais. Mais visiblement dans l’hôpital où je l’ai réalisée, cela restait une option. Bon je n’y ai pas échappé… mais malgré ça, la sage femme (adoooorable qui m’a presque donné envie de changer de maternité ! ) n’y voyait pas grand chose… elle m’a demandé 10 fois si j’avais mis de la crème sur le ventre et 10 fois je lui ai répondu que non.

Mon utérus est tellement rétroversé qu’elle n’a pas réussi à me faire de façon optimale les mesures qu’elle voulait.. Je me suis donc retrouvée avec une sonde dans la foufoune et une sonde sur le bide… bonjour l’inconfort !

Mais bref, on retiendra que tout va bien, que bébé ne faisait que bouger et nous montrait son dos !

Mardi j’ai un rdv téléphonique pour la trisomie 21 mais cela ne me stresse pas plus que ça.

Je me suis faite vacciner contre le covid hier même si les recommandations sont toutes nouvelles concernant la possibilité de faire le vaccin le 1 er trimestre. Pas envie de me retrouver au retour de vacances à devoir faire tous les 2 jours un test pcr… et comme ça j’ai le QR code pour les vacances. Le risque était la fièvre pouvant provoquer une fausse couche précoce… Un petit doliprane en systématique et zou, c’est passé comme une lettre à la poste !

Tout va pour le mieux. J’attends la T2 avec impatience !

J 107 La notion du temps

Quel foutu truc ce temps qui passe…

Les 2 premières semaines post TEC, le temps s’étire s’étire s’étire… les 48h suivantes ne sont pas bien plus rapides puis il y a eu un coup d’accélérateur après ma rencontre avec le médecin (j’ai pu vider mon sac et je n’aurai plus jamais à faire avec sa secrétaire je le souhaite !) quand j’ai réalisé que j’étais déjà à 1 mois de grossesse et qu’il me parlait d’écho et de T1. Il m’a dit que le risque de fausse couche était moins important avec des embryons de 2018 que si j’avais fait une grossesse spontanée à mon âge actuel… on prend ce qu’il y a à prendre pour se rassurer !

La première écho s’est bien passée. Hormi l’accueil glacial… on est loin de l’émotion partagée de la première fois avec la sage femme… Un joli petit coeur qui bat à 139 BPM. Je me demandais pourquoi ils ne le faisaient écouter que quelques nano secondes. L’interne m’explique que la sonde d’écho chauffe pour percevoir les battements cardiaques et que le risque de fausse couche était d’autant plus plus important si ça chauffait trop longtemps… bon ben on va éviter hein !

Et voilà maintenant le temps s’étiiiiiiiire de nouveau… 20 jours encore à attendre la T1… beaucoup de fatigue (pas facile de gérer le petit Poochoo en pleine phase du « non ! » et l’attente des vacances qui tardent à venir… depuis noël dernier…), des pseudos nausées mais vite calmées par les petits goûters de 18h ! Un peu de stress quant aux prédictions de la sorcière qui n’avait « vu » qu’un enfant me concernant…

Wait and see… il n’y a plus que ça a faire…